Beaucoup de personnes dans le domaine du travail, notamment en ce qui concerne la filière équestre, pensent que la gestion en ligne n’est pas une nécessité. Submergés par les tâches administratives chronophages et répétitives, beaucoup de gestionnaires de centres équestres peinent à prendre le virage de la transformation digitale, ou tout simplement de l’informatisation de la gestion de leur établissement, une tendance qui, depuis quelques années, essaye de faire ses preuves mais qui connaît ces derniers jours une véritable accélération en conséquence de la crise sanitaire engendrée par le Covid 19. 

Donnez une nouvelle expérience à vos clients 

En raison de la forte présence du numérique dans les habitudes des consommateurs telles que l’utilisation d’internet et des smartphones, les besoins et les attentes des clients sont ainsi facilement identifiés. Suite aux conséquences de la crise sanitaire, cette relation client s’en trouve profondément modifiée. En effet, avec la reprise de l’activité après une période inédite de confinement, les clients de votre centre équestre s’attendent à des échanges à distance, plus simples et plus rapides.

Dans ce contexte, le logiciel de gestion pour centre équestre Céleris offre la possibilité aux gestionnaires de centres équestres de proposer leurs cours et reprises en ligne, via un planning interactif et collaboratif, où les cavaliers peuvent en un clic réserver leur reprise et payer en ligne. L’échange de données se fait en temps réel, ce qui améliore considérablement la réactivité de votre centre équestre dans l’accomplissement du processus de vente de vos produits et services.

Céléris,

Lire la suite

Depuis son lancement, Céléris a misé sur la digitalisation dans la gestion des centres équestres. Avec ses fonctionnalités en ligne, le logiciel est déjà sur les starting blocks pour vous aider dans la reprise et la relance de votre activité équestre dans une période délicate, qui est le déconfinement.

Après une période inédite de confinement, l’accès aux Etablissements recevant du public (ERP), sera autorisé sous certaines conditions, à savoir la veille aux principes généraux de prévention en matière de protection de la santé et de sécurité au travail, mais aussi la gestion des flux de personnes dans les établissements, tel que indiqué dans le protocole national de déconfinement publié par le Ministère du travail.

Dans ce contexte de sortie de crise, le cloud s’annonce, pour les centres équestres, non seulement comme une solution de mobilité mais aussi une évidence qui leur permettra de se réinventer pour s’en sortir. En effet, le logiciel de gestion Céléris, avec ses fonctionnalités connectées, permet de répondre très vite aux besoins des gestionnaires de centres équestres en terme de gestion des flux de cavaliers dans leurs structures.

Le logiciel de gestion Céleris offre la possibilité de mettre en place, de façon simple et rapide, un plan de circulation au sein de votre centre équestre, grâce à son outil de gestion du planning en ligne, qui permet de conditionner l’accès à chacune des séances en terme d’horaires et de nombre de cavaliers, qui peuvent aussi réserver leur créneau à distance, à travers une interface intuitive et collaborative.

Parmi les avantages du logiciel de gestion Céléris, qui peut faire aussi la différence, est le paiement en ligne ; un atout qui vous permettra, en cette période de crise, de proposer pour vos cours et prestations, des paiements instantanés via une plateforme sécurisée, ce qui permettra d’obtenir des paiements plus rapidement.

Afin

Lire la suite

Dans sa lutte contre la propagation du coronavirus, le gouvernement a décidé de prendre les mesures de santé nécessaires pour endiguer l’épidémie en instruisant de réduire, sur l’ensemble du territoire, les contacts et déplacements au strict minimum. Les activités recevant du public, dont font partie les établissements équestres, sont concernés par l’obligation de fermeture. 

Pour faire face aux conséquences économiques causées cette la pandémie, l’État a mis en place des mesures d’accompagnement aux entreprises dont l’activité est impactée par le coronavirus, y compris les structures équestres.

Mise en place de l’activité partielle

Les structures équestres, comme toutes les entreprises, peuvent formuler en ligne la demande d’activité partielle (chômage technique) si la baisse ou bien la suspension temporaire de leur activité, dans le contexte actuelle, causée par la pandémie du coronavirus. 

Dans le cas oû les structures équestres sont confrontées à une baisse de revenus elles peuvent diminuer la durée de travail hebdomadaire de leurs salariés, et de faire prendre en charge une partie ou la totalité des rémunérations des salariés placés en activité partielle.

Les responsables d’établissements équestres peuvent prétendre au bénéfice du dispositif d’activité partielle en engageant des démarches auprès de la Direccte.

Tout l’intérêt de cette démarche, pour les établissements équestres, est d’éviter des licenciements et préserver les compétences des salariés, et aux salariés de conserver leur emploi.

Voir les mesures d’accompagnement fiscales et sociales

 

La crise sanitaire provoquéee par le COVID 19, a causé des conséquences majeures sur la gestion des établissements équestres en France. En effet, en plus de la suspension des cours, les propriétaires de chevaux sont interdits d’accès aux structures équestres pour s’occuper de leurs chevaux de ce fait, les gérants d’établissements équestres sont les gardiens des éuidés présents dans leurs établissements, il leur incombe ainsi la tâche de veiller aux besoins vitaux des animaux dont ils ont la charge ainsi qu’à leur bonne santé et leur bien-être. 

En plus de l’entretien quotidien des équidés, il est important de maintenir les soins prophylactiques afin d’éviter des cas de contamination dans un cheptel équin en confinement, qui est plus exposé à une pression virale, la vaccination est alors fortement recommandée pour les vaccins qui arrivent à terme.

La fonctionnalité du logiciel de gestion de centre équestre, vous permet de répertorier les soins des équidés présents dans votre centre équestre ou écurie de propriétaire de façon claire et organisée. Il est aussi possible, à partir de l’interface de gestion du soin de refacturer directement le soin au propriétaire de l’équidé qui pourra, à partir de son profil, accéder aux informations du soin prodigué à son cheval et recevoir sa facture et payer en ligne.

L’outil de gestion des équidés vous permet aussi de tenir à jour le registre d’élevage, à chaque intervention sont notés la date et le nom de l’intervenant, le motif sanitaire ou le diagnostic, les analyses demandées ainsi que le traitement (molecule, voie d’administration, durée), et les délais d’attente.

Répertorier les soins des équidés peut aussi prouver votre bonne volonté et tout l’interêt que vous portez au bien être et à la bonne santé des équidés présents dans votre établissement équestre.

 

Lire la suite

Le ministre de l’agriculture a annoncé dans un communiqué qu’à partir du 24 avril 2020, les propriétaires de chevaux peuvent se déplacer dans les centres équestres et leurs près pour nourrir, soigner et assurer une activité indispensable à la santé et au bien-être de leur animal.

Cette mesure intervient dans le cas où les structures équestres ne parviennent pas à assurer tous les soins prodigués au cheval. De ce fait, le propriétaire doit impérativement se munir d’une attestation de déplacement en cochant le motif familial impérieux.

Toutefois, il est recommandé de reporter l’application de cette mesure jusqu’à la publication d’éclaircissements par le ministère de l’agriculture.

Aussi, il est a noter que le décret du 23 mars 2020 interdisant l’accès du public aux établissements recevant du public (ERP), reste en vigueur. 

Dès que ça sera possible d’appliquer l’autorisation d’accès pour les propriétaires, le logiciel de gestion Céléris vous donne la possibilité de mieux gérer les accès des propriétaires de chevaux à votre structure équestre. En effet, le logiciel de gestion équestre Céleris dispose d’une fonctionnalité qui permet la mise en place d’un planning d’accès restreint afin d’organiser de façon simple et facile l’accès à votre structure équestre ; le but est de gérer le flux des personnes autorisées à accéder au centre équestre.

La fonctionnalité du planning d’accès restreint de Céleris permet ainsi de limiter les contacts et le respect des règles de distanciation dans les box grâcee au système de réservation en ligne.

A travers une interface collaborative et interactive, le gestionnaire , peut en un clic, valider la réservation de l’accès au propriétaire. Une vue synthétique qu’offre l’interface de gestion du planning restreint, permet au gestionnaire d’organiser les horaires d’accès pour limiter les contacts entre les personnes.

 

Lire la suite

En temps normal, à l’approche de Pâques et au début du printemps, commence la saison des concours officiels, stages et randonnés équestres, des évènements qui génèrent des sources de revenus considérables pour les structures équestres. Cependant, le confinement en vigueur depuis le 17 mars, a impacté considérablement la santé financière des établissements équestres. Outre les dépenses quotidiennes liées à l’entretien des installations, les soins des équidés et le maintien de leur bien-être, les rentrées générées par la dispense des cours sont quasiment nulles.

Face à cette urgence, dans le budget rectificatif voté en première lecture par l’Assemblée nationale en date du vendredi 17 avril, le gouvernement a annoncé un accompagnement financier pour l’alimentation et les soins prodigués aux animaux pour les zoos, cirques et refuges. Cette disposition s’appliquera aussi “aux centres équestres recevant du public et aux poneys clubs qui connaissent des difficultés financières en raison du confinement et de la suspension des activités de sport et de loisirs”.

Dans un communiqué commun, les ministres Gérald Darmanin (Action et des comptes publics), Didier Guillaume (Ministre d’Agriculture) et Roxana Maracineanu (Ministre des sports) ont annoncé que “les modalités seront définies dans les prochains jours”.


Mesures fiscales d’accompagnement 

Des mesures fiscales exceptionnelles ont été prises par l’État pour soutenir les entreprises et les centres équestres qui rencontrent des difficultés résultant de la pandémie du Covid 19. Ainsi, les établissements équestres ont la possibilité de solliciter une remise ou un report de leurs échéances d’impôts directs, notamment l’acompte d’IS du 16 mars. 
Ces reports exceptionnels sont accordés, sans aucune pénalité ni justificatif, pour un délai de trois mois à condition d’adresser un formulaire prévu à cet effet auprès de votre service des impôts des Entreprises (SIE) .

Toutefois, dans le cas où les échéances de mars ont déjà été réglées, il est possible de demander le remboursement auprès du service des impôts des entreprises (SIE) dont vous dépendez.

Ce qui ne change pas

En revanche, aucun assouplissement n’est prévu pour la TVA, les paiements mensuels ou trimestriels doivent être honorés à la date prévue. Toutefois, dans les conditions actuelles de confinemet, si le gestionnaire de centre équestre ne peut pas disposer de toutes les pièces administratives pour la déclaration de TVA (régime du réel normal), le service des impôts admet une déclaration reposant sur une évaluation de l’impôt.

Cotisations sociales accompagnement pour les employeurs d’établissements équestres 

Un dispositif exceptionnel a été mis en place pour accompagner les entreprises, notamment les établissements équestres, qui rencontrent des difficultés dans le paiement de leurs cotisations. De ce fait, les prélèvements de vos cotisations sont suspendus. Les cotisations de Mars et Avril peuvent être reportées partiellement ou dans leur totalité sans aucune majoration ou pénalité appliquée.

Néanmoins, vous avez la possibilité de m payer vos cotisations en modulant le paiement selon votre situation financière. La date de paiement de vos cotisations pourra être reportée jusqu’à 3 mois.

Si

Lire la suite

L’arrêté du 15 mars 2020 stipule que les établissements recevant du public (ERP) "ne peuvent plus accueillir du public jusqu’à nouvel ordre". Cette mesure concerne tous les établissements sportifs couverts et aussi ceux en plein air. Les propriétaires de centres équestres et d’écuries de propriétaires sont sommés alors de fermer leurs structures sans aucune adaptation possible, ce qui implique que les propriétaires de chevaux n’ont plus le droit de se déplacer pour nourrir et entretenir leurs chevaux.

La crise sanitaire engendrée par la pandémie du COVID-19 est considérée comme un cas de force majeure, les responsables des structures équestres sont les seuls gardiens des équidés présents dans leurs établissements, et il leur incombe de veiller à l’entretien et au bien-être des chevaux. Les propriétaires de chevaux ne peuvent en aucun cas déroger à cette règle ni prétendre à une quelconque action judiciaire contre les responsables des structures équestres sous prétexte de l’interdiction d’accès aux établissements équestres.

Les salariés de ces structures équestres doivent, pour se rendre sur leur lieu de travail, se munir des justificatifs de déplacement professionnel renseignés par l’employeur et de l’attestation de déplacement dérogatoire dûment complétée sous peine s’exposer à une amende. 

Toutefois, si les responsables des établissements équestres (refuges, fourrières, centres équestres…).ne disposent pas du personnel suffisant pour garantir les besoins physiologiques fondamentaux des équidés, ils peuvent faire appel à des personnes non salariées. Le recours au personnel non salarié doit être fait par écrit par les responsables des structures équestres, ces derniers auront la charge d’organiser ces dispositions dans le respect des mesures prévues par le décret du 23 mars 2020

En

Lire la suite

COVID-19

Le 16 mars 2020, le Président de la République a décidé, à l’heure où la France fait face à la crise sanitaire liée au coronavirus, de prendre des mesures necessaires pour réduire fortement les déplacements à lsur l’ensemble du territoire, y compris dans l’Outre-mer, à compter du Mardi 17 Mars à 12h00, pour quinze (15) jours minimum.

Dans sa déclaration, le ministre de l’Intérieur a annoncé lundi soir, que désormais toutes les personnes qui circuleront devront être en mesure de justifier leurs déplacements par la présentation d’une attestation sur l’honneur, téléchargeable sous peine d’une amende de 135 euros en cas d’absence lors d’une vérification par les services de police et gendarmerie.

L’arrêté du 15 mars 2020, applicable à compter de ce 17 mars vient interdire l’accueil du public par les établissements recevant du public (ERP) jusqu’au 15 avril 2020, cette mesure concerne tous les établissements sportifs couverts ainsi que les établissements de plein air.

Les dirigeants de structures équestres ont ainsi l’obligation de fermer totalement leurs structures, néanmoins, le personnel des strucures équestres peuvent se déplacer à leur lieu de travail munis des justificatifs de déplacement professionnel renseignés par l’employeur et de l’attestation de déplacement dérogatoire complétée et signée..

Pour les équidés dits "en pension", aucun accès n’est autorisé pour les propriétaires, les gestionnaires de structures équestres, seront gardiens des équidés qui leurs sont confiés.

 

Télécharger l’attestation individuelle "JUSTIFICATIF DE DÉPLACEMENT PROFESSIONNEL"

Télécharger l’attestation de l’emplouyeur ’ATTESTATION DE DÉPLACEMENT DÉROGATOIRE "

Cliquer pour consulter l’Arrêté du 15 Mars 2020 

 

 

Les Coronavirus sont une grande famille de virus, qui provoquent des maladies allant d’un simple rhume à des pathologies plus sévères. L’épidémie du Coronavirus (COVID-19), qui s’est propagée à partir de la chine a contraint le monde à adopter des mesures de prévention drastiques afin de palier la propagation du virus.

Depuis le 11 mars 2020, l’Organisation Mondiale de la Santé (l’OMS) décrète la situation mondiale du COVID-19 de pandémie ; c’est-à-dire que le développement de zones à risque hors de la Chine et l’épidémie touche désormais 137 pays. La grande majorité de la population n’étant pas immunisée contre ce nouveau virus, son impact et sa gravité sont potentiellement élevés.

En France, depuis l’annonce du Président de la République le Jeudi 12 mars 2020, les mesures gouvernementales se multiplient pour lutter contre la propagation du Covid-19. Ainsi, le 14 mars 2020, à la suite du passage en stade 3 du plan de lutte contre l’épidémie, un Arrêté du Ministre des Solidarités et de la Santé restreint l’accès aux établissements recevant du public (ERP), le but est d’éviter de rassembler et de limiter les réunions de personnes. 

Dans le cadre du principe général de précaution, l’application de ces mesures aux activités équestres, s’avère obligatoire. Les gestionnaires de structures équestres ont été dans l’obligation de se réorganiser, conformément aux dispositions de l’arrêté ministériel, en d’interdisant l’accès à leurs infrastructures au public et aux adhérents. L’ensemble des cours sont ainsi annulés pour une durée indéterminée.

Cependant, un accès restreint peut être organisé par les gestionnaires des structures équestres pour le personnel et aussi pour les propriétaires de chevaux et aux cavaliers ayant un cheval en pension, mais exclusivement aux installations extérieures, en leurs limitant autant que possible les accès simultanés. L’intérêt est de maintenir l’entretien et l’activité physique nécessaires à la santé physique et le bien être des chevaux. 

Mais

Lire la suite